Jef Geys
Né en 1934 à Leopoldsburg (Belgique), il vit et travaille à Balen (Belgique).

jef-geysDepuis une cinquantaine d’années, Jef Geys compose à partir de ses expériences de vie un inventaire du vernaculaire et du banal. Ses projets engagent une réflexion sur la place de l’art dans la société. L’artiste a passé une partie importante de sa vie à enseigner l’esthétique dans la petite ville où il est né et près de laquelle il continue de vivre et de travailler. Il développe dans ce contexte local différentes formes d’expérimentations collaboratives en interrogeant l’identité des lieux de sociabilité que peuvent être le « terroir » et le potager. Depuis 1963, les zaadzakjes constituent l’une de ses principales séries artistiques. Comme leurs titres l’indiquent, les peintures qui la composent consistent en autant de reproductions à l’échelle 1 ou en grand format de « sachets de graines » où sont représentés des fleurs ou des légumes. Le choix des motifs et leur traitement stylistique hyperréaliste permettent d’interroger la notion de ressemblance et le rapport entre image et réalité. Par cette démarche conceptuelle, guidant, à travers un rituel bien ordonnancé, la réalisation d’un nouveau sujet chaque année, Jef Geys ré-envisage la tradition picturale classique, et plus particulièrement celle de la Nature Morte flamande qu’il oriente sur un pan plus « populaire ». Chou de Bruxelles (Sanda) constitue dans la série des zaadzakjes un fragment de choix. L’artiste s’y approprie un signe culturel fort en Belgique où toute une filiation d’artistes manie l’humour, de René Magritte à François Curlet, en passant par Marcel Broodthaers.