435 Ponti e qualche scorciatoia

3 Easy Pieces #2 - David Horvitz

Prochaines interventions de Matilde e Lucio à l’orgue de l’Église de San Rocco

21 juin (Festa della Musica), 11h00
20 juillet (Redentore), 18h30
21 septembre, 18h30
18 octobre, 18h30
25 novembre, 19h00

7 mai - 25 novembre, 2019

Prochaines interventions de Matilde e Lucio à l’orgue de l’Église de San Rocco

21 juin (Festa della Musica), 11h00
20 juillet (Redentore), 18h30
21 septembre, 18h30
18 octobre, 18h30
25 novembre, 19h00

3 Easy Pieces est le titre des trois pièces composées par Igor Stravinsky pour apprendre à ses enfants à jouer au piano à quatre mains. Une valse, une polka et une marche. Il donne aussi son nom à la série d’interventions au cœur de l’espace public, à Venise, initiée par Lab’bel en 2015. Cette année, le projet de David Horvitz, 435 Ponti e qualche scorciatoia, le fait tout particulièrement résonner, puisque ces pièces musicales s’inscrivent dans la ville de façon expansive.
En l’église de San Rocco, une fois par mois, les pièces adaptées pour l’orgue sont jouées en alternance par deux enfants de 7 et 8 ans, Matilde et Lucio.
Au lycée artistique Marco Polo, le piano a été placé près de la fenêtre qui plonge sur le Ponte delle Maravegie (le pont des merveilles), et les élèves en piano viennent tous les jours pratiquer ici leur instrument et jouer parfois les 3 Easy Pièces.
La partition, avec instruction de l’artiste d’ouvrir la fenêtre quand sont jouées les trois pièces, a été transmise à une trentaine d’enfants qui, lorsqu’ils rentrent chez eux, la jouent aux heures d’été, fenêtre ouverte sur les venelles et canaux.
Alors, si vous passez par Venise et que vous entendez les 3 Pièces Faciles, vous saurez qu’il y a certainement derrière une fenêtre un enfant qui joue. Trois pièces, trois mouvements, trois lieux pour une intervention poétique, occasionnelle qui ouvre sur une écoute aussi légère que nos pas.

20 Juillet à 20h30
Lecture de WHEN THE OCEAN SOUNDS à bord de trois bateaux qui longent le pont éphémère de la Fête du Redentore à Venise.

David Horvitz a composé la partition WHEN THE OCEAN SOUNDS pour des voix humaines destinées à imiter le bruit de la mer.
Le travail est issue d’une idée de la biologiste marine Rachel Carson selon laquelle le pourcentage de sel dans la mer est égal à la salinité de notre sang. Cette idée soutient une théorie qui veut que toute vie vienne de la mer. Imaginez les premières formes de vie, avec une peau poreuse ou des parois cellulaires, à travers lesquelles la mer pourrait s’écouler librement dans et hors de leurs micro-corps. À un certain moment, cependant, ces formes de vie évoluent. Ils sortent de la mer et développent un type de peau différent, qui leur permet de garder des liquides à l’intérieur leur corps. En fin de compte, ces liquides sont de l’eau de mer. Par conséquent, les créatures, comme nous, portent la mer avec eux, où qu’ils aillent. D’une certaine manière, la transcription et l’exécution des bruits de la mer sont des exercices d’écoute et de méditation à voix haute. En même temps, ce sont des exercices pour imaginer ou se rappeler que nous faisons réellement partie de la mer.

La fête du Redentore existe depuis le 21 juillet 1577. La Festa del Redentore est une fête pour célébrer la vie, après que Venise ait survécu à l’épidémie de peste de 1575-1576 qui tua près de 60.000 vénitiens malgré les mesures de précaution prises pour l’endiguer.
Le pont flottant qui relie les quais des Zattere à l’île de la Giudecca est une des façons de célébrer l’événement.

Et toujours jusqu’en novembre :
Sorbeto Al Mare Adriatico chez Gelateria Alaska
Carte postales conçues par David Horvitz en beaucoup de kiosques de la ville ( voir le plan)
Follow de cats, visites guidés à la carte dans les pas de David Horvitz a Venise par Elena Degan, une des meilleures guides touristiques de la ville à réserver ici:

Plus d’évènements dans la mappe disponible en téléchargement 


435 Ponti e qualche scorciatoia
(435 ponts et quelques raccourcis)

435 Ponti e qualche scorciatoia est la seconde pièce de la série 3 Easy Pieces, série de projets artistiques conçus dans l’espace public et produit par Lab’Bel pour Venise. La première, Concertino Unisono de Michael Staab a eu lieu place Saint-Marc en 2015.

Cette série est conçue en étroite collaboration avec des vénitiens, des institutions locales, des petits artisans, des musiciens et des résidents. On peut reconnaître dans ce projet l’héritage de Fluxus dont l’énergie irrigue toute la série.

Cette deuxième pièce est une œuvre de David Horvitz, poète et artiste vivant à Los Angeles.

Tout Venise y est imaginée comme un lieu d’exposition, dans lequel des choses arrivent, disparaissent, réapparaissent… Le projet est une marche à travers la ville — parfois inondée par l’acqua alta. C’est uniquement par les ponts, reliant toutes les parcelles de l’île, qu’il est permis de circuler à pied dans la ville.

Une marche est un manifeste non-écrit sur la lenteur.

Il s’agit d’un programme souhaité, rêvé, distinct des dérives urbaines des situationnistes qui se promenaient pour décaler l’expérience immédiate de la ville, réinventer un sujet ; ici, la marche va au-delà de son propre but, elle est ce par quoi chacun relie de son propre élan la forme de la ville, tient par son propre rythme la ville debout.

C’est peut-être aussi une forme de l’oubli de soi. Le visiteur d’un jour a-t-il le temps de se promener dans Venise ? La faune passionnée d’art contemporain de la Biennale entre-t-elle dans la Basilique San Marco ou celle des Frari pour en voir les peintures ? A-t-elle le temps d’écouter des histoires sur Venise et ses clochers ?

Le temps se mesure autrement à Venise — et ce dès sa création, où la journée commençait au coucher du soleil. Aujourd’hui, la plupart des flèches des horloges mécaniques ne fonctionnement plus… Mais l’on peut toujours mesurer le temps en observant la dilatation des yeux des chats — à la manière des vieux ninjas japonais, me dit David.

David Horvitz fera une promenade performative nocturne sur tous les ponts de Venise.

Mais combien de temps faut-il pour traverser 435 ponts ? Combien de raccourcis a-ton besoin de prendre ? Les guides touristiques locales raconteront cette histoire et vous emmèneront dans un lieu où la granita a un goût d’Adriatique.

Au cours de sa résidence en ville, l’artiste développera une constellation de projets en collaboration avec des vénitiens, des guides touristiques, des joueurs d’orgue, des artisans, des fabricants de glaces, qui seront activés au cours de la Biennale de l’art.

Mais comment découvrir ce projet ?

Tout dépendra de vous : si vous avez le temps de vous perdre un instant et délaisser la précipitation quotidienne vous forçant à aller quelque part. C’est dans ce moment intermédiaire que vous le trouverez : soit sur la carte postale d’un kiosque, soit sur le papier qui enveloppe vos frittelle allo zabaione — savez-vous d’ailleurs ce que c’est ? —, soit dans l’air des Trois pièces faciles de Stravinsky s’élevant des orgues d’une église à proximité, et joué par des enfants.

Rendez-vous bientôt à Venise !

 

A presto !

Silvia Guerra,
Commissaire de 435 Ponti e qualche scorciatoia et directrice artistique de Lab’Bel

Télécharger le Dossier de Presse

Scarica Cartella Stampa