Chris Evans

CLODS, Diplomatic letters
Deux tirages gélatino-argentiques encadrées, 53 x 44,5 cm
Œuvre acquise en 2017

2012-2016

Né en 1967 à Eastrington (Royaume-Uni), Chris Evans vit et travaille à Londres.

Il est représenté par la galerie Markus Lüttgen (Düsseldorf)

La pratique artistique de Chris Evans repose avant sur un réseau de collaborations, et ses créations prennent davantage la forme de “projets” que d’œuvres au sens classique du terme. Chaque projet est le fruit de discussions et d’échanges avec différents interlocuteurs, entrepreneurs, politiciens, et autres artistes où Chris Evans se positionne un peu à la manière d’un consultant. Nourri de lectures théoriques et engagé dans les questions sociales, Evans transpose la figure de l’artiste au cœur de la société actuelle. Ses œuvres, qui comportent également une forte dimension narrative, font écho aux travaux d’artistes comme Liam Gillick ou Ben Kinmont.

Commencée en 2012, la série CLODS, Diplomatic Letters dont font partie Ambrosia artemisiifolia, commissioned drawing by Arunas Gelunas, Ambassador for Lithuania at UNESCO, inverted et Lantana Camara, commissioned drawing by Angelo Tromp, Diplomatic Attaché for Aruba in the Netherlands, inverted est un ensemble de tirages argentiques réalisés au bromure d’argent. Ils ont été originellement conçus en contrepoint de CLODS I, II et CLODS III qui ont également intégré la Collection Lab’Bel.

Dans le contexte de cette proposition, Evans s’est adressé par courrier à des diplomates pour leur demander de représenter une espèce végétale invasive de leur choix. Il a ensuite photographié leur dessin en inversant le schéma de couleurs, de sorte que ceux-ci apparaissent blanc sur fond noir sur les différents tirages. Suite à ce procédé, l’intervention première du dessin y apparaît sous la forme d’esquisse au trait léger et délicat. Bien que ces inscriptions soient difficiles à déchiffrer en raison de la dimension hautement réfléchissante des photographies, elle est accompagnée dans le premier tirage du titre de la plante, de la signature du diplomate et de la date de réalisation de son dessin. Dans le second, l’auteur n’a ajouté aucune annotation.

La relation que sont susceptibles d’entretenir ces œuvres avec les installations sculpturales de CLODS n’est pas précisée et laissée à l’interprétation du regardeur. Les tirages accrochés aux murs engagent un contraste marqué avec les éléments posés au sol, la qualité séduisante et brillante des photographies trouvant notamment une forme de contrepartie dans la finition soignée des sculptures, réalisés dans un matériau brut, le béton mais utilisant du marbre comme agrégat.