Nicolas Boulard

Colonne – Pouligny #1
Plâtre sur socle en Mdf, 20 x 20 x 120 cm
Œuvre acquise en 2017

2017

Né en 1976 à Reims, Nicolas Boulard vit et travaille à Paris.

La pratique artistique de Nicolas Boulard se nourrit de deux registres de références majeurs, qui se redéploient en toute inventivité dans son œuvre. S’il est, d’une part profondément influencé par l’histoire de l’art moderne, et particulièrement l’art américain des années 1960 et 1970, son travail est également fortement ancré dans l’univers du terroir et du territoire. Après s’être intéressé longuement au monde viticole — qui lui est très familier, ayant grandi dans une famille de producteur de Champagne — et en avoir détourné les règles et les conventions, aussi bien les processus de fabrication que les systèmes d’appellation, Boulard se consacre depuis 2010 à l’univers du fromage. À l’origine de cet intérêt : le constat de la proximité formelle existant entre les formes des fromages et certaines figures récurrentes de l’art minimal. Dans son projet performatif Specific Cheeses, Boulard s’est par exemple inspiré de 12 Forms Derived from a Cube (1982) de Sol Lewitt. Dans ce contexte, il fait régulièrement réaliser des fromages sur leurs modèles qui reposent sur les savoirs ancestraux des producteurs locaux.

Colonne – Pouligny #1 (2017), est une colonne en plâtre, inspirée de la célèbre Colonne sans fin du sculpteur roumain Constantin Brancusi (1876-1957), réalisée à différentes reprises entre 1917 et 1957. Là où le sculpteur roumain mettait en œuvre une simplification des formes organiques pour parvenir à une forme artistique pure, Boulard puise au contraire son inspiration directement dans le réel en utilisant comme module de base pour sa colonne la forme des fromages de Pouligny, un fromage de chèvre berrichon pyramidal. L’artiste roumain, fort des leçons d’un Auguste Rodin (1850-1917), élevait dans sa proposition sculpturale le socle de sa colonne au statut d’élément à part entière, fondant ainsi matériaux et les formes. Boulard préfère quant à lui poser la sienne sur un socle composé de huit cercles de différentes largeurs et hauteurs, donnant à sa colonne un support dynamique pareillement indissociable de son œuvre.